Marché financier

Le marché financier camerounais

Les marchés financiers permettent la confrontation de l'offre et de la demande de capitaux. La demande des capitaux émane des entreprises pour le financement de leurs investissements, de l'État et des collectivités locales ; L'offre de capitaux émane principalement des ménages qui assurent leur consommation future par l'épargne qu'ils constituent et qu'ils apportent au système financier, soit directement ou indirectement par le biais des compagnies d'assurance, des caisses de retraites, etc.

A ce titre, la fonction primordiale d'un marché financier est de faciliter une allocation efficace des ressources ; à la fois dans le temps et dans l'espace, et leurs misent en oeuvre dans un environnement incertain.

Cette fonction primaire est subdivisée en fonction de base notamment :

  • la Mobilisation de l'épargne
  • l’Acquisition de l'information sur les entreprises ;
  • favoriser l’allocation optimale des ressources ;
  • permettre de contrôle sur les entreprises ;
  • accroitre la Liquidité ;
  • améliorer Gestion et diversification du risque.

Au Cameroun, le marché financier camerounais est régi par la loi 99/015 du 22 décembre 1999 portant création et organisation d’un marché financier au Cameroun. Selon cette loi, le marché financier camerounais a pour objet les transactions sur les valeurs mobilières privées et les titres publics, dans le cadre de services d’investissement réglementés.

Les valeurs mobilières et les titres suscités sont:

  • Les actions et les autres valeurs mobilières conférant des droits identiques par catégorie et donnant ou pouvant donner accès, au capital d’une société ou aux droits de vote qui y sont rattachés, transmissibles par inscription en compte ou tradition ;
  • Les obligations et autres titres de créance sur la personne morale qui les émet, transmissibles par inscription en compte ou tradition à l’exclusion des effets de commerce et des bons de caisse ;
  • Les parts sociales ou actions des organismes de placements collectifs en valeurs mobilières (OPCVM) que sont les sociétés d’investissement à capital variable ou fixe (SICAV), les fonds communs de placement (FCP) et les fonds communs de créances (FCC).